Randonnée du 09 juillet

Randonnée du Coquin

Au départ du Lac Vert, Francis accompagne 14 marcheurs.
Sur le chemin montant, nous rencontrons plusieurs fontaines, traces de la présence d'estives anciennes. Le chemin est aussi bordé de petites chapelles dédiées à la Vierge; les "chapelottes" en patois vosgien.
Nous arrivons au sommet de la Tête du Coquin pour profiter de la vue panoramique et d'un casse-croute mérité.
En descendant, nous passons par le Pain de Sucre et rejoignons notre point de départ.



Origine du nom

Le massif du Coquin doit son nom au coq de bruyère: le grand tétras en voie de disparition dramatique aujourd'hui.
Le nom dérive de l'ancien français "coquelin" , petit caquetage ou cri continu en saison de reproduction du coq sauvage.

Un peu d'histoire

La Tête du Coquin, sommet de 837m d'alttitude offre une vue panoramique à 360°.
Les allemands l'ont fortifié, en même temps que le Pain de Sucre voisin, jusqu'à la réalisation de postes d'observation et de blockhaus en 1916. Cet endroit, offrant une vue sur la Chapelotte, permettait notamment de repérer les avions français en route vers la Bavière et de prévenir les défenses aériennes.


Randonnée du 20 juin 2019

Randonnée du Liebfrauenberg

Liliane nous a proposé une sortie du côté de Woerth, Goersdorf , au départ du Liebfrauenberg , dans les Vosges du Nord.
Quinze marcheurs ont parcourru les 13km du parcourt dans les belles forêts, jusqu'au refuge du Soulzerkopf.
Le tonnerre nous a plusieurs fois accompagné, mais la pluie nous a heureusement épargnés.

Histoire du Château du Liebfrauenberg


L'histoire du lieu est passionnante. Elle commence par une légende.
Un jour, un berger découvre dans le tronc creux d'un chêne la statue d'une Vierge. Le lieu fut bien vite réputé et les pèlerins affluèrent de loin pour voir la statue miraculeuse, la Vierge enchâssée dans le tronc. Plus tard, les seigneurs du lieu décidèrent de construire une chapelle, complétée ulté-rieurement par une tour-clocher achevée vers 1383. Et, progressivement, s'y développa tout un couvent qui connut de grandes heures d'affluence. En 1518, un miracle se produisit qui émut toute la contrée. Le comte Reinhard de Deux-Ponts-Bitche, paralysé depuis longtemps, retrouve au Liebfrauenberg, après avoir prié Dieu par l'intercession de la Vierge, l'usage de ses membres. En reconnaissance, il élève à Notre-Dame une nouvelle église dans laquelle sera transférée la clé de voûte du sanctuaire primitif. Cette pierre sculptée se voit toujours dans la tour-clocher qui a été conservée. La statue de la Vierge (une œuvre du XV° siècle, aujourd'hui conservée en l'église catholique de Goersdorf) sera placée dans le chœur particuliè-rement vaste. La nef comportait quatorze piliers et comptait parmi les plus vastes églises-pèlerinages de la région. Les pèlerins venaient surtout d'Alsace, du pays de Bade, de Lorraine, du Palatinat.

Plus tard, le seigneur du lieu change. Le comte Philippe V de Hanau-Lichtenberg est passé à la Réforme. Il ferme le pèlerinage et fait raser la grande église du Liebfrauenberg en 1580 (afin de mettre fin aux superstitions). Les pierres serviront à construire le temple de Morsbronn. La tradition rapporte qu'on tenta alors de brûler la statue miraculeuse de la Vierge, mais elle sortira intacte du bûcher dans lequel on l'avait jetée. Et, à la place même où elle avait touché terre, jaillit une source la Marienquelle, dans laquelle elle fut engloutie. Ce n'est que plus tard que les eaux la rendirent. Une vieille femme qui passait alors par là s'empressa de ramasser la statue et décida de la mettre en sécurité à Surbourg. Mais voilà qu'elle se trompe de chemin et arrive devant le couvent de Biblisheim. C'est là que restera durant près de deux siècles la statue miraculeuse. Quand, en 1717, les Franciscains reviennent au Liebfrauenberg, ils ramènent la statue miraculeuse. Il faudra toutefois atten-dre 1737 pour voir renaître le couvent. On aménagea également le parc où les moines plantèrent des arbres aux essences rares, notamment un majestueux cèdre du Liban ramené directement du Proche-Orient
Le couvent est fermé, puis vendu sous la Révolution. Dans le chœur de l'église, on installe un laboratoire de chimie où travaille le savant Boussingault. La nef, elle, se trouve transformée en dépôt de marchandises. La situation restera longtemps ainsi jusqu'au jour où l'Eglise de la confes-sion d'Augsbourg put enfin racheter le domaine et lui rendre sa vocation de lieu spirituel.


Randonnée du lundi 03 juin 2019

Randonnée des rhododindrons

Sous un beau soleil, Jacques accompagne 15 randonneurs en Forêt Noire, à proximité de Neuweier.

Au départ de la Zimmerplatz, le petit groupe rejoint rapidement le ruisseau Grobbach.
Senteurs enivrantes de rhododendrons florissants, murmures du ruisseau, fraîcheur agréable…
Encore quelques mètres en traversant des passerelles en bois et des montées et nous atteignons la célèbre chute d’eau de Geroldsau.

Après une montée assez raide en forêt, nous pouvons admirer un panorama sur les sommets des environs et Baden-Baden.
Le retour vers le parking sera ponctué d'une bonne averse qui n'a en rien entamé la bonne humeur de tous.


Randonnée du 21 mai 2019

Circuit des quatres châteaux

12 valeureux randonneurs ont bravé la pluie ce mardi 21 mai pour suivre Francis sur un beau circuit de châteaux en châteaux, au départ de l'étang du Fleckenstein.
Heureusement que l'humeur générale était excellente, même les escargots étaient au rendez-vous!
(La petite bête, sur la photo, est un cerf volant ou lucane, dixit notre zoologue maison, Robert.)
Après un pique-nique sous la roche pour tenter de manger au sec, nous avons apprécié une boisson chaude à l'auberge du Fleckenstein.
Toute la troupe a proposé à Francis de refaire ce circuit sous le soleil, cet automne par exemple, pour pouvoir apprécier et le paysage et les châteaux entrevus dans la brume


Randonnée du 10 mai 2019

Depuis l'étang du Ramsthal, un pacourt forestier nous mène au château du Greifenstein , à la charmante grotte st Vit , au Rappenfelds , à la maison forestière Schweizerhof , au rocher du Breitkopf , à la superbe source Mélanie et pour finir au Kaestenberg;
soit une randonnée d'une quinzaine de kilomètre.



Randonnée du 12 avril

Vallée des Eclusiers.

Par cette belle journée ensoleillée, quoique fraiche, Gilles a guidé 33 randonneurs  dans les environs du Plan incliné d'Arzviller.
Après être passés par le rocher du calice, nous avons rejoint la vallée des éclusiers. Cette étroite vallée, passage vers la Moselle, est sillonnée par une route, la voie de chemin de fer et le canal de la Marne au Rhin.
Le sentier est ensuite monté vers la maison forestière du Bodenmark et le rocher du corbeau qui surplombe la vallée.
Le repas tiré du sac a été accompagné d'oeufs en chocolat trouvés par Francis.
Nous avons terminé la randonnée par le superbe sentier des roches et le passage à l'écluse 19.
Tous les participants ont remercié Gilles, non seulement pour le parcours, mais aussi pour les nombreux commentaires qu'il a apportés.


Randonnée du 25 mars 2019

Ce lundi matin, 31 randonneurs étaient prêts à suivre Jean-Jacques tout au long de la journée.

Au départ de Durbach, village viticole du Bade-Wurtemberg, nous montons à travers les vignes plantées sur des côteaux très pentus.
A la Plauelrainer Köpfle, on peut apprécier une très belle vue sur la plaine jusque Strasbourg.
Après les ruines de la chapelle St Anton, le chemin nous mène au château Staufenberg.
Nous continuons vers la chapelle Brandstetter, puis le Hummelswalderhof pour profiter du repas.
On redescend ensuite vers le village pour suivre un petit ruisseau.


Randonnée du 12 mars

En cette seule journée ensoleillée de la semaine, Francis nous a conduits pour une marche facile au départ de Wangen.

Après la traversée du village fortifié, de la porte nord à la porte sud, la balade nous a menés dans les vignes et forêts de Wangen et Westhoffen.

Après une pause casse-croute à la gloriette du Geierstein et un passage au Wangenberg, le groupe de 25 s'est retrouvé devant la fontaine.

Fontaine bien connue pour sa fête qui a lieu début juillet.


Randonnée du 25 février 2019

Dans les environs de Cosswiller.

Départ à l'ancienne ferme restaurant de la Tirelire, malgré l'heure matinale 24 personnes ont profité d'une belle journée ensoleillée.

A travers campagne et forêt, Claudine et Robert nous ont menés jusqu'à la maison forestière du Bischofsclaeger.